❌Le Collectif Abolition Porno Prostitution #CAPP est un groupe d’une quinzaine de féministes radicales qui a pour but de briser la désinformation mise en place par le lobby SEXCLAVAGISTE.

❌Nous ne sommes pas seulement les portes paroles des victimes de la pornoprostitution. Notre rôle est avant tout de porter leur voix, de contrer la manipulation des proxénètes auto-proclamés syndicats (STRASS, Griselidis, Paloma …), qui utilisent la parole d’une minorité pour en faire une propagande mensongère, ainsi que désinformer sur les conditions de vie des victimes de la vente du viol.
Notre collectif n’a pas pour mission d’invisibiliser ou de remettre en question la parole des femmes qui prétendent avoir le “choix”, mais de visibiliser la parole de celles que l’on entend jamais : Les victimes qui disent ne PAS avoir le choix. Cette énorme majorité de femmes et d’enfants, vendues, kidnappées, détruites, menacées par l’industrie du viol, qui les poussent au silence, dans l’intérêt de tirer profit de la marchandisation de leur corps.

❌Nous pensons que toutes les femmes qui entrent dans ce système sont conditionnées et dressées par les hommes à répondre à leurs désirs et à vendre leur corps par l’achat du consentement face à la violence d’une société patriarcale; par instinct de survie d’une situation précaire dans lesquelles les proxénètes et autres sexclavagistes les ont installées; notre but est de rétablir la vérité sur ce trafic d’êtres humaines internationale qui se nourrit majoritairement du trafic des corps d’enfants, particulièrement des filles et des femmes, victime de la traite. En tant qu’activistes, nous sommes là pour combattre ce génocide et ce terrorisme patriarcal.

  • Nous sommes là pour porter la voix des femmes victimes de la prostitution qui sont + 85 % des prostituées en France, ainsi que les victimes du viol filmés.
  • Nous sommes là pour rappeler que + 90 % d’entre elles sont étrangères, sorties directement d’un trafic ou 2 millions d’enfants sont kidnappés dans le monde afin d’alimenter l’industrie du viol, les obligeant à subir ce crime 30 à 100 fois par jour.
  • Nous sommes la pour mettre en lumière ces femmes qui démarrent en moyenne dans la vente de leur viol à l’âge de 13 ans.
  • Nous sommes là pour porter la voix des 93 à 95 % de femmes qui disent vouloir sortir du système prostitueur.
  • Nous sommes là pour porter la voix des 93 % de femmes qui disent être victimes de la violence des clients.
  • Nous sommes là pour porter la voix de celles qui ont une espérance de vie de 37 – 40 ans en moyenne, car les violences font parti intégrante du système, de leur “gagne pain”.

❌Nous sommes là pour détruire l’image banalisée de la belle jeune « prostituée” mère de famille qui vend son corps par choix pour nourrir ses enfants. L’image de ces femmes qui vendent leur viol à l’industrie du viol filmé car “elles aiment ça”. L’image de ces femmes et transgenres blanches arpentant les bois pour vendre “du sexe” et la remplacer par la réalité ➡️ L’image des femmes de couleurs, de ces chinoises, nigérianes, roumaines, des enfants, qui n’ont plus de famille, qui n’ont pas de proches, qui n’ont pas d’ami.es. Ces humains que l’on dresse à être des réceptacles à foutre, des marchandises, des vides couilles pour hommes. Des enfants et des femmes que l’on mutile, bat, viol. Des femmes et des enfantes prisent dans les rouages manipulateurs des proxénètes réalisateurs de films de viol.
Nous sommes là pour montrer le vrai visage XÉNOPHOBE, RACISTE, COLONIALISTE qu’est le trafic des femmes et des enfants pour alimenter les désirs égoistes des hommes blancs pédocriminels, qui sont la majorité de ces “clients” violeurs.

Nous sommes là pour rétablir la vérité par des actions, par des textes, par des chiffres, par des études et avant tout, par la parole de ces victimes.
Nous ne laisserons plus les lobbys parler de choix, car quand on parle de trafic d’êtres humaines international, la question du choix est HORS SUJET.
Nous ne laisserons plus des hommes exprimer leur goût du viol et l’achat de la pédocriminalité librement. Nous nous battrons pour que chaque homme qui se branle sur du viol soit puni, jugés, emprisonnés, incarcérés à vie. Nous nous battrons pour que la prostitution et le porno soit reconnu comme un crime envers les femmes.

Nous nous battrons pour que la honte change de camp. Nous nous battrons pour que plus aucune femmes n’est à choisir entre vendre son viol et la pauvreté. Pour notre dignité à toutes, pour que plus jamais nous n’ayons à brandir leur visage, à porter leur voix ! Tant qu’il y aura ne serait-ce qu’une seule morte. Tant qu’il y aura une seule femme victime de la traite, nous serons là, avec elles, jusqu’à l’abolition universelle.


Articles :

Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.