Nous sommes des survivantes de la prostitution, des victimes de la pornographie, des féministes, personnes en situation de handicap, survivantes du cancer, lesbiennes, bisexuelles … mais des femmes avant tout.

Nous sommes Françaises, Marocaines, Basques, Algériennes, Belges… Nous sommes citoyennes du monde

Nous sommes féministes radicales, abolitionnistes, anti-racistes, militantes universalistes et laïques, LGB & T, pour les libertés individuelles, ou encore militantes pour les droits des enfants & antispécistes. 

#CAPP rassemble de nombreuses femmes non seulement en France, mais aussi en Belgique, au Québec et ailleurs pour combattre le système le plus raciste, xénophobe, pédocriminel et misogyne : le système porno-prosti-tueur. 

De Gauche à Droite : Suki, Daria, Joana, Betty, Maalou
Photo : Rosivan Morais, Futura Press

Nous luttons contre :

Toutes les formes de marchandisation des êtres humain.e.s (qui touchent principalement des femmes et des enfants) : prostitution, porno-prostitution, GPA…

Le système sexiste, raciste, colonialiste et capitaliste permettant et encourageant cette marchandisation

Le lobby de l’industrie du sexe (ou lobby proxénète) :

Sa propagande, fondée sur des mensonges, la confusion, l’intimidation, la manipulation et visant à banaliser les violences machistes que constituent des rapports sexuels forcés par la contrainte économique.

Ses revendications en faveur des droits des proxénètes et des violeurs

Son idéologie légitimant la domination d’un sexe par un autre et la pédocriminalité à travers la pornification des femmes et des enfants

Ses attaques violentes et permanentes à l’encontre des féministes et des survivantes de la prostitution dans le but de les réduire au silence. 

Nous luttons pour :

Que la voix des survivantes de la porno – prostitution soit entendue

– Que la porno – prostitution soit reconnue par tou.te.s en tant que violence sexiste et sexuelle intégrée à un marché capitaliste mondial

Une politique abolitionniste intégrale incluant les victimes de la pornocriminalité, à travers l’application et le renforcement de tous les volets de la loi de 2016 en France inspirée du modèle nordique, c’est à dire :

La mise en place de dispositifs efficaces et adaptés pour permettre à celles qui le souhaitent de quitter le milieu prostitutionnel (accès au logement, accès aux soins médicaux et psychologiques appropriés, accès à la formation professionnelle et à l’emploi, régularisation et protection des victimes de la traite…)

La pénalisation des “clients” prostitueurs afin d’agir sur la demande (et donc l’offre), de faciliter les plaintes des personnes prostituées contre les violences qu’elles subissent de leur part, et de leur faire assumer pénalement la responsabilité de l’acte prostitutionnel qui a trop longtemps pesé sur les victimes…

Une sensibilisation générale de la population aux violences sexistes et sexuelles, à la réalité de la prostitution, à ses causes et à ses conséquences.

Une formation approfondie des agent.e.s des services sociaux et de santé, judiciaires et policiers…

Éliminer tous facteurs d’entrée dans la prostitution, à savoir : le proxénétisme, la culture du viol, la pédocriminalité, les violences sexuelles, la domination masculine sous toutes ses formes, la précarité et l’exclusion sociale…

Nous nous battrons pour que la honte change de camp.

ous nous battrons pour que plus aucune femmes n’ait à choisir entre vendre son viol et la pauvreté.

Pour notre dignité à toutes, pour que plus jamais nous n’ayons à brandir les visages des victimes. Tant qu’il y aura ne serait-ce qu’une seule morte. Tant qu’il y aura une seule femme victime du sexclavage, nous serons là, avec elles, jusqu’à l’abolition universelle.


Articles :

Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.