POUPÉES SEXUELLES : Quel est le problème ?

Il s’agit d’une transcription éditée de Nordic Model Now, venant d’un podcast avec le professeur Kathleen Richardson sur l’obsession croissante de notre culture pour les poupées sexuelles, et ce que cela signifie pour les femmes et les relations humaines.

NMN : Aujourd’hui, je discuterai avec Kathleen Richardson, qui est professeur d’éthique et de culture de la robotique et de l’intelligence artificielle (IA) à l’Université De Montfort au Royaume-Uni. En 2015, elle a lancé, avec un collègue, la Campagne contre les robots sexuels pour attirer l’attention sur les effets problématiques des nouvelles technologies sur les relations humaines et leur potentiel à créer de nouvelles couches d’inégalités entre les hommes et les femmes, les adultes et les enfants.

Elle préconise une technologie sans compassion et sans violence basée sur l’éthique de la liberté et critique les modèles coercitifs et violents de vie humaine qui sont transférés à la fabrication de nouvelles technologies. Elle développe une théorie de la robotique inspirée du féminisme abolitionniste anti-esclavagiste. Elle a écrit trois livres sur le sujet de l’IA et de la robotique. Son prochain livre est Sex Robots: The End of Love .

Bonjour Kathleen. C’est vraiment super de vous parler aujourd’hui, merci d’être venue sur le podcast. Aujourd’hui, nous allons parler de poupées sexuelles et de maisons closes. Tout d’abord, qu’est-ce qu’une poupée sexuelle et qu’est-ce qu’un bordel de poupée sexuelle? Parlons-nous de poupées sexuelles gonflables?

Kathleen : Oui, je pense que l’idée que les gens se font des poupées sexuelles est une poupée en caoutchouc que vous achetez dans un magasin de blagues et que vous apportez à une soirée ou autre événement. Évidemment, vous pouvez toujours acheter des poupées gonflables pour les soirées dans les magasins de blagues. Mais dans ce contexte, ce sont des poupées hyper réelles à part entière. Elles pèsent environ 45 kilos, elles sont donc assez lourdes et elles ont des orifices dans lesquels les gens peuvent les pénétrer. Ce sont donc principalement des poupées « haut de gamme » – fabriquées en silicone, pas en caoutchouc ou en plastique, et avec une structure squelettique en métal.

Les personnes qui les achètent peuvent spécifier ce qu’elles veulent dans son apparence. Donc, si vous préférez les brunes, vous pouvez avoir une brune ou une blonde. Elles sont donc personnalisables et vous pouvez les concevoir exactement comme vous le souhaitez.

Lorsque vous visitez les sites qui vendent ces poupées sexuelles, ils disent que cela peut être votre femme idéale, elle peut être tout ce que vous voulez qu’elle soit, vous pouvez la créer – donc, cette idée égocentrique est à l’origine de cela.

Elles sont assez onéreuses, elles sont actuellement d’environ 2 000 à 5 000 £, et je crois savoir que les entreprises vendent environ quatre cents unités par an. Donc, nous ne parlons pas du tout d’intérêt de masse pour ces produits. Pas encore en tous cas.

En 2015, j’ai lancé la Campagne contre les robots sexuels , et c’est devenu une sorte de gros problème dans les médias. Même si je parlais de robots, les entreprises de poupées sexuelles ont commencé à dire qu’elles conçoivent en fait des robots sexuels à l’aide de plates-formes de corps de poupée. Les poupées sont donc la plate-forme dans laquelle les gens veulent introduire la technologie. C’est une poupée sexuelle.

Qu’est-ce qu’un bordel de poupée sexuelle? Eh bien, un bordel est un endroit où se trouvent des femmes prostituées. C’est l’endroit où les « clients » (johns) peuvent aller et accéder au corps des femmes. Donc, en disant qu’il y a un bordel de poupées sexuelles, vous dites que c’est un endroit où les hommes, principalement, peuvent aller interagir avec des poupées qui ressemblent à des femmes.

NMN : Ont-ils ouvert au Royaume-Uni – Avons-nous des bordels de poupées sexuelles maintenant?

Kathleen : Je crois qu’il y en a un à Londres. Vous devez vous rappeler qu’il y a des maisons closes dans toutes les régions du pays, même dans les villages. Il y a un marché dans l’utilisation masculine des corps féminins. Et il y a aussi un marché dans l’industrie du sexe commercial pour les hommes qui s’intéressent aux animaux ou aux objets. Il existe toutes sortes de marchés de niche qui sont pris en charge dans cette industrie mondiale. Ainsi, les bordels de poupées sexuelles s’inscrivent dans un schéma plus large, celui de commercialiser des fétiches.

NMN : Les auditeurs pensent, et c’est un argument que j’ai beaucoup entendu, la première chose qui vient immédiatement en tête si vous parlez de poupées sexuelles; quel est le problème ? Vous êtes féministe, vous voulez mettre fin à la violence contre les femmes, alors pourquoi est-ce si grave que les hommes paient des poupées? C’est en fait une bonne chose que les femmes humaines soient remplacées par des objets inanimés, et cela sauve réellement les femmes et les enfants du mal. Si ces hommes réalisent leurs fantasmes sur des poupées plutôt que sur des humains, pourquoi cela poserait problème?

Kathleen : Premièrement, rien ne prouve que les poupées sexuelles aient réduit tout type de prostitution ou d’exploitation sexuelle des enfants.

Mais parlons juste de la prostitution. Quiconque a une approche sensée pourrait penser : Eh bien, cela semble raisonnable, cela pourrait être bon, cela pourrait réduire tout le mal qui est fait aux femmes. Mais c’est pourquoi nous devons avoir une analyse féministe, et pourquoi nous devons prendre du recul. Parce que d’une part, nous nuisons aux femmes en permettant à ces lieux d’exister. Pas un mal direct, mais un mal culturel, car cela renforce l’idée qui existe déjà, que les femmes sont des choses, les femmes sont des objets.

Cela créé une culture dans laquelle vous éloignez fondamentalement le sexe de l’intimité. Vous le sortez d’une rencontre intime et vous le normalisez comme un fétiche. Je pense qu’en fin de compte, les fétiches peuvent avoir des effets très néfastes sur notre culture en général.

NMN : Comment ça?

Kathleen : L’approche féministe du sexe et des relations est que vous êtes un être humain et que vos pensées et vos sentiments doivent être reconnus par votre partenaire – et que vous ne vous y opposez pas; que vous n’êtes pas un morceau de viande.

Normalement, les gens doivent négocier entre eux quel genre de sexe ils veulent, quand ils le veulent et quel genre de relation ils veulent avoir, afin d’avoir le sexe. Cette approche est la façon dont nous organisons nos relations civiles.

Ce que fait le marché du sexe commercial, ce qu’il dit; « D’accord, nous allons créer cette sphère en dehors de la société civile, où principalement les hommes peuvent accéder au corps des femmes, ou à tout ce qu’ils aiment d’ailleurs. »

Les gens pensent que cela est inoffensif, car vous avez d’une part des hommes qui se livrent à des relations civiles, puis sortent et accèdent à d’autres relations de manière commerciale. Mais ce qui se passe si vous normalisez ça, et c’est normalisé par la pornographie et la prostitution, c’est que vous créez une relation asymétrique. Vous créez cette expérience où les hommes peuvent interagir avec un véritable être humain mais le traite comme si c’était un bien commercial.

Fondamentalement, quel que soit votre fétiche, vous pouvez aller dans un bordel et vous pouvez le réaliser. Qu’il s’agisse de déféquer sur quelqu’un, de se déguiser en bébé, d’être avec une poupée sexuelle.

Ces objets n’interrompent pas le problème sous-jacent. Le problème sous-jacent est l’échange commercial des femmes, c’est ce qui doit être aboli. Vous ne pouvez pas prendre le problème sous-jacent et le transférer dans un nouveau fétiche de niche, et je pense que c’est ce qui se passe.

Donc, plutôt que de saper la prostitution, tout ce qu’elle ferait serait simplement de créer de nouveaux marchés de niche, et c’est exactement ce que nous avons vu en termes de poupées sexuelles. L’introduction de poupées sexuelles dans n’importe quelle région du monde n’a pas réduit la prostitution. Ce qu’elle a fait, c’est ouvrir un nouveau marché, dans lequel les hommes peuvent s’engager dans ces nouvelles pratiques sexuelles déshumanisées.

NMN : Je pense que beaucoup de gens diraient: les fétiches ne font-ils pas simplement partie du sexe, ne font-ils pas simplement partie de notre sexualité, tout le monde a des fétiches et c’est de cela que notre sexualité est faite ?

Kathleen : Les gens peuvent être excités par différents types de choses, chaussures, odeurs, comportements, etc. En soi, cela ne fait pas de ça un fétiche. Un fétiche, c’est quand il n’y a que l’excitation sexuelle de certains types de pratiques ou d’objets. Ainsi, l’excitation sexuelle provient d’une forme de sexe extrême et incarnée. L’exhibitionnisme, par exemple, est un fétiche, car cela vous excite d’avoir d’autres personnes vous observant avoir des relations sexuelles. Mais c’est très égocentrique, non ? Parce que les gens autour de vous ne veulent pas vous voir avoir des relations sexuelles, mais vous n’êtes excité sexuellement que lorsque vous forcez d’autres personnes à regarder. C’est la même chose avec les chaussures. La littérature sur les fétiches sexuels est très intéressante.

Et si les femmes étaient pleinement considérées comme êtres humains dans notre culture et que nous n’avions pas de pornographie ni de prostitution ? Si quelqu’un disait à son partenaire qu’il était vraiment intéressé par le fait qu’il porte des chaussures, des talons hauts de six pouces, et que le partenaire pouvait dire : je ne suis pas sûr de vouloir le faire, cela ne me fait pas du bien; non, imaginons ensemble quelque chose que nous allons tous les deux aimer. Votre sexualité se développerait avec l’autre.

Cependant, dans notre société, les fétiches sont commercialisés. Ce qui ne devrait pas se faire naturellement – un intérêt à porter des couches à l’âge adulte, les poupées sexuelles, toutes ces choses – se transforme en industries, et continue d’être renforcé. Si l’homme qui cherche ce sexe fétichiste ne peut pas l’obtenir d’une personne dans sa vie, il peut se tourner vers l’industrie, et plus il le fait, plus il s’éloigne de l’intimité et de lui-même, et plus il devient un danger pour l’interaction humaine.

Suzzan Blac

NMN : Le fait que les hommes soient intéressés de payer pour une réplique humanoïde de la forme féminine – sous une forme terne, un objet – révèle la nature du paiement pour le sexe, qui est une transaction déshumanisée, c’est une relation asymétrique où une personne est humaine et l’autre personne ne l’est pas.

Kathleen : Cela me surprend toujours comment vous pouvez déshumaniser une autre personne pour des relations sexuelles payées. La pornographie par exemple est populaire, mais lorsque les gens regardent de la pornographie, l’acte sexuel s’est produit ailleurs, donc les abus se produisent ailleurs et vous ne les observez pas, vous observez simplement l’aspect filmé des abus. Mais, pour entrer dans une situation où vous savez que la femme n’est pas là parce qu’elle s’intéresse à vous, mais parce que vous la payez pour ça, vous devez avoir une forme extrême de psychopathie pour participer à ce genre de comportement.

NMN : Ouais.

Kathleen : C’est pathologique.

NMN : Ouais.

Kathleen :  Nous avons rassemblé suffisamment de preuves maintenant pour montrer que c’est déshumanisant.

Un autre aspect de cela, c’est les gens qui essaient de promouvoir l’idée de robots sexuels – parce que mon domaine concerne vraiment les robots et l’IA, et la technologie des données – quand ils ont commencé à penser aux consommateurs de poupées sexuelles dans leur vie, des robots sexuels, ils ont commencé à faire des analogies avec la prostitution.

En fait, David Levy, qui a écrit un livre intitulé Love and Sex with Robots , dit qu’il a l’idée que le sexe avec des poupées c’est comme le sexe avec des prostituées, parce que vous n’aimez pas la femme prostituée, vous ne vous souciez pas d’elle , et elle vous considère en termes de portefeuille. Il dit que même si les robots sexuels ne peuvent pas ressentir de l’amour, cela n’a pas d’importance, car les hommes qui consomment quotidiennement des femmes qui sont dans la prostitution, n’ont pas d’égard envers ce que ces femmes ressentent.

NMN : J’aimerais savoir ce que les lobbyistes du commerce du sexe pensent des poupées sexuelles et des robots sexuels utilisés dans l’industrie du sexe. Sont-ils pour cette idée ou sont-ils contre?

Kathleen : C’est intéressant. Parce qu’ils considèrent la prostitution comme un travail et le sexe comme une marchandise que vous pouvez vendre, ils voient l’introduction de la technologie dans ce domaine comme une attaque contre leurs compétences. Donc, ils disent donc: Mais un robot ne sera jamais aussi bon qu’une vraie femme.

Vous pouvez vous emmêler dans tous ces débats. Mais voulez-vous soutenir la prostitution afin de prouver que les êtres humains valent mieux que les machines ? Parce que c’est l’irrationalité de tout le débat. Nous savons que nous pouvons utiliser des machines pour éviter le travail humain, nous pouvons le mécaniser, nous pouvons automatiser les compétences et les pratiques. Donc, si vous dites que le travail du sexe est un travail, la logique est que lorsque vous développez des robots sexuels, ils vous enlèveront le travail, et donc c’est un problème.

NMN : Donc, ils sont aussi contre les robots sexuels. Mais pour une raison différente, pas nécessairement une raison féministe.

Kathleen : Oui. Pas parce qu’ils se soucient des femmes, ou de nos aspirations, ou parce qu’ils ne croient pas que nous sommes des objets.

NMN : Oui, ils veulent que les vraies femmes continuent d’être blessées dans l’industrie du sexe. Il semble définitivement y avoir une promotion de formes de sexualité de plus en plus fétichisées, devenant plus courantes. Comme le BDSM était autrefois peu courant. Les gens le considéraient comme un peu effrayant, et c’était une scène underground dans laquelle seuls les cinglés se sont vraiment engagés. Alors que maintenant vous voyez certainement plus l’intégration de ce genre de pratiques, dans la culture populaire et les clips musicaux.

Je ne sais pas si vous avez entendu parler du marché en ligne appelé «Wish». C’est un peu comme eBay. Mais il y a des publicités Wish sur mon flux Facebook, et elles contiennent des choses étranges. L’autre jour, il y avait une publicité pour les couches pour adultes sur mon flux Facebook. C’est tout simplement incroyable qu’on ose même montrer cette pratique à la lumière du jour.

Kathleen : Je pense que vous avez absolument raison et Sheila Jeffreys écrit brillamment sur ce sujet. Mettons les choses en contexte: du point de vue des femmes, cela n’a jamais été bon, cela n’a jamais été une bonne culture pour les femmes. Je pense que la première fois que les choses commencent à devenir positives pour les femmes, cela signifie que les femmes sont des participantes; cela signifierait qu’elles s’engagent dans le sexe en tant que co-partenaire, pas en tant qu’objet, pas en tant que personne à pénétrer.

Je ne dis pas qu’il n’y a pas eu d’intimité entre hommes et femmes depuis des milliers d’années. Mais je dis en général que la pratique du sexe pour les femmes a été quelque chose qui ne concernait pas son plaisir mais celui des hommes.

Dans les années 1960, cette chose étonnante s’est produite: le féminisme est devenu plus courant. Les féministes ont commencé à soulever ces questions selon lesquelles leur plaisir sexuel ne devrait pas être marchandisé, il ne devrait pas être objectivé, et elles ont commencé à critiquer ces pratiques culturelles autour du sexe.

A partir du moment où vous avez des femmes qui disent «Oui, je vais prendre en charge mon propre plaisir», nous aurions dû voir l’abolition de la pornographie et de la prostitution. Mais plutôt que de saisir l’abolition, nous avons vu la prostitution augmenter, nous avons vu, c’est la normalisation des pratiques sexuelles commerciales qui ne sont pas une question d’intimité, ni de réciprocité, ni de mutualité.

Tout ce que ces premières féministes disaient; ce dont nous avons besoin en tant que femmes, c’est d’une sexualité intime, réciproque et mutuelle . Au lieu de cela, ce qui est devenu de plus en plus normalisé, c’est cette nouvelle forme de commercialisation de la sexualité, et je dirais que cela sape la réponse de l’attachement des gens au sexe. Donc, lorsque vous êtes avec quelqu’un et que vous couchez avec lui, vous répondez à la personne, vous ressentez son odeur, son goût…, et grâce à une interaction mutuelle, vous déterminez ce que vous aimez et ce que vous n’aimez pas. Voilà comment cela devrait fonctionner.

Mais ce qui se passe dans notre culture, tant de choses sont générées dans cette sphère commerciale, cette sphère objectivée, et comme vous l’avez dit, elles filtrent dans tous les pores de notre existence. Vous ne pouvez pas vous en éloigner, vous ne pouvez pas regarder une série télévisée sur Netflix destinée aux adolescents de nos jours sans que quelqu’un ne soit étouffé – sans que des actes sexuels pornographiques ne soient affichés. Ce sont des pratiques qui impliquent de nuire à d’autres êtres humains.

Prendre plaisir à nuire est une pratique culturelle extrême. La sexualité est aujourd’hui tellement aliénée de ses racines, de son intimité, que plus elle s’abstrait et s’en éloigne, plus les pratiques déviantes acquièrent d’importance.

Voici comment je vois le problème, si nous avons une culture large de la misogynie dans laquelle les femmes sont objectivées et considérées comme des objets. Où nous normalisons la violence des hommes envers les femmes – et nous le faisons déjà de différentes manières; à travers la pornographie, à travers des images, à travers la musique, etc…- cela renforce l’idée que la violence masculine envers les femmes est normale, que la femme n’est pas pleinement humaine, qu’elle n’a pas une pleine subjectivité.

Voilà ce que cette culture nous dit, rien d’autre si ce n’est que nous vivons dans une culture qui déteste les femmes. 

NMN : Les gens ne vous demandent pas si ce que vous faites, c’est: surveiller ce qu’ils font derrière les portes closes, dans leur vie privée,… Si ils veulent acheter une poupée sexuelle, qui êtes-vous pour les arrêter , qui êtes-vous pour critiquer ce qu’ils font derrière des portes closes ? Comme nous vivons dans une société libre, si ils ont l’argent, ils devraient être autorisés à tout acheter et à faire ce qu’ils en veulent?

Si ils ne font de mal à aucun être humain, alors quel est le problème?

Kathleen : Je suis accusée d’être une perverse. Je ne sais pas qui a inventé ce terme kink-shame, mais ces objets existent en raison de la culture plus large de la misogynie. Si les femmes étaient vraiment égales, nous n’aurions même pas cette conversation, car les gens créeraient autre chose. Ils créeraient probablement un système métapolitique, ou bien alors des briques respectueuses de l’environnement. Leurs énergies seraient consacrées à des choses qui aideraient l’humanité. Mais le fait même que nous ayons cette conversation et que des gens essaient de la normaliser, cela fait partie d’une culture plus large et de la façon dont les femmes sont perçues dans notre société.

Si quelqu’un devait construire un robot qui ressemble à une personne noire, puis créer une association d’esclaves, il y aurait un tollé parce que les gens sauraient immédiatement: Ah! Je peux voir que vous avez créé cet artefact, vous l’avez conçu de cette manière particulière, et vous l’avez associé avec cet imaginaire autour de lui. Je peux voir que c’est vraiment terrible.

En ce qui concerne les femmes, parce que les femmes ne sont pas complètement considérées- nous devons nous battre pour la conscience féministe dans notre culture – nous devons continuellement dire aux gens que ce qui se passe est un problème.

Si vous pensez aux êtres humains, les êtres humains sont principalement intéressés les uns par les autres. Ils recherchent l’interaction sociale, l’attachement. Grâce au sexe physique, vous pouvez avoir toutes sortes d’avantages, comme quelqu’un qui touche votre peau, vous obtenez une sorte d’expérience sensorielle. Toutes ces choses continuent de rapprocher les gens – la capacité d’attachement sous-jacente des êtres humains.

La réalité est qu’il n’y aura pas de masses d’hommes sexuellement excitées par un objet, tout comme il n’y a pas de masses d’hommes sexuellement excitées par des chaussures, je veux dire qui ne peut jouir sexuellement qu’avec cet objet. Cependant, ce n’est pas que les hommes ne peuvent pas être excités sexuellement par des poupées, c’est parce que les hommes ne sont plus excités sexuellement par l’intimité avec les femmes.

S’ils ne sont pas excités sexuellement par l’intimité, la réciprocité, je pense que nous verrons de plus en plus d’hommes se masturber sur de la pornocriminalité lorsqu’ils vont voir des femmes prostituées; ce sera ce genre d’hostilité à l’intimité.

Donc, je pense que de ce point de vue, nous allons voir des gens socialement isolés, regarder de la pornocriminalité ou du matériel extrême en ligne et s’engager dans des pratiques plus extrêmes, et je pense que la culture de la poupée sexuelle va être l’une d’entre elles.

NMN : C’est quelque chose que vous n’entendez que par les féministes. Personne ne donne jamais vraiment cet argument de la pornocriminalité. Mais c’est un aspect évident de la porno, qui façonne vos désirs sexuels et qui façonne votre sexualité au fil du temps. Les gens aiment faire valoir que ce ne sont que des photos de personnes ayant des relations sexuelles, ou que c’est presque comme une forme d’art, ou un certain mode d’expression créative ou d’expression sexuelle. Mais cela recâble votre cerveau, n’est-ce pas ? Cela change la forme de votre cerveau, les centres de récompense et tout ça. C’est addictif. Il y a un aspect chimique, car la dopamine est libérée lorsque vous vous masturbez sur du porno, et cela a un effet très puissant sur votre psychisme.

Vous vous demandez si, avec ces poupées sexuelles, vous allez conditionner la sexualité masculine à un hyper-stimulus et à ce genre de caricatures de dessins animés de la forme féminine qui sont totalement irréalistes. Juste à travers la consommation de porno, cela empêche définitivement les hommes d’avoir des relations sexuelles avec de vraies femmes naturelles, car elle n’est pas comparable aux images hyper-réelles de la pornocriminalité, toute la violence extrême qui se déroule dans la porno. Ou même les faux seins et la chirurgie esthétique, changent déjà la norme de ce que veulent les hommes.

Kathleen : Si nous regardons des endroits comme au Japon par exemple, les normes de porno masculine sont très extrêmes. Il est mélangé avec des mangas et beaucoup d’images de dessins animés sur les enfants. C’est comme le patriarcat des stéroïdes en quelque sorte. Ils ont d’énormes problèmes avec les hommes là-bas, ils ne peuvent tout simplement pas participer aux relations avec les femmes, ils ne connaissent pas les bases du consentement mutuel.

Je dirais que la porno mine l’attachement humain, voyez à quel point c’est grave. Parce que vous ne pouvez pas regarder quelque chose, qui ne devrait être développé qu’à l’intérieur de relations intimes, à travers vos écrans et ces avenues commerciales, puis essayer de le ramener dans votre expérience personnelle comme si cela allait etre une aide. Cela sape les relations intimes. Le sexe est un acte intime entre deux personnes, et en fait, vous ne pouvez pas obtenir du sexe en l’observant sur un écran. Ce n’est tout simplement pas possible.

NMN : Je pense vraiment que la majorité des hommes, en particulier de la jeune génération, ne peuvent pas concevoir le sexe sans cet élément fétichisé, cet élément pornifié. Avec cette dynamique de domination et de soumission qu’ils tirent de la porno et ils ne se rendent pas compte qu’ils ont été modelés comme ça, et que ce n’est pas vraiment de cette façon que les choses se passent.

Kathleen : Oui. Je le vois comme ceci: imaginons que le sexe commercial n’existe plus, il est vu comme une forme d’esclavage, une pratique odieuse, nous l’avons aboli, et donc, ce que nous verrions est un épanouissement de la sexualité.

C’est là, sous la surface, mais cette floraison de la sexualité est basée sur la relation avec les autres. En l’occurrence, la majorité des gens dans notre société [ont leur sexualité] générée de l’extérieur, ce qui signifie que ce qui se passe entre les gens est très robotique, ce n’est pas du tout une véritable intimité.

NMN : Ce qui est intéressant avec les poupées sexuelles et les robots sexuels, c’est qu’elles révèlent très clairement ce que le patriarcat pense des femmes et ce que les hommes attendent des femmes. Les hommes créent leur femme idéale qui est un objet: elle ne peut pas répondre, elle ne peut avoir aucune pensée propre, c’est juste un corps hyper-sexualisé, probablement irréaliste, caricatural.

Ils ne veulent probablement pas vraiment de l’IA dans les robots sexuels. Je ne pense pas qu’ils veulent investir dans leur objet sexuel qui serait particulièrement intelligent, ou même comme un robot ayant beaucoup de volonté. Ils vont juste le programmer pour dire des choses stupides comme « Je suis stupide, fais ce que tu veux. »

Kathleen : Vous savez, c’est tellement vrai. Je pense que la réalité est que nous avons besoin d’une compréhension féministe de tous ces domaines. Nous ne pouvons pas laisser ces types d’idées devenir l’orthodoxie de notre culture. C’est tellement déshumanisant et problématique.

Alors qu’en fait, ce que nous faisons à travers le féminisme, c’est que nous regardons ce qui sous-tend cette culture, ce qui la façonne et comment est-elle façonnée. Nous devons constamment déconstruire la culture dans laquelle nous nous trouvons, mais nous devons ensuite développer nos perspectives en fonction de cette nouvelle analyse, et c’est plus difficile.

NMN : C’est vraiment radical. Mais la plupart des gens prendraient toutes ces choses pour acquises, que c’est juste naturel, et c’est l’ordre inhérent des choses, et ils ne réalisent pas qu’ils ont été si culturellement modelés, et que la sexualité est modelée et leur est vendue. Nous devons responsabiliser, en particulier les femmes plus jeunes, pour qu’elles puissent au moins voir ce qui se passe.

Kathleen : Je pense que nous devons donner aux jeunes femmes d’abord et avant tout un langage sexuel différent, qu’elles n’ont pas actuellement, que les féministes ont développé comme nos ancêtres ont développé, mais qui n’est tout simplement pas largement connu, et nous devons faire connaître ces idées afin que les femmes puissent faire ces choix. Pour moi, je me concentre sur la manière dont les jeunes femmes prennent essentiellement en charge leur subjectivité en dehors de cette objectivation. À quoi cela ressemblerait-il pour les femmes ?

Donc, nous avons besoin le plus possible de pensées féministes radicales au sujet des robots et de l’intelligence artificielle. C’est quelque chose qui doit être fait de toute urgence, et la question que nous devons toujours nous poser en tant que féministes est : cela va-t-il nous nuire ou cela améliorera-t-il la condition des femmes ?

NMN : Ouais. C’est le test décisif.

Kathleen : Oui, c’est ce que vous faites avec chaque problème. Si cela n’améliore pas la condition des femmes, ce n’est pas féministe, et nous devons développer une alternative féministe.

Sur cette note, faisons-le ensemble !


Illustration: Mikyung Lee

Article d’origine : https://nordicmodelnow.org/2020/05/23/whats-the-problem-with-sex-dolls-a-conversation-with-kathleen-richardson/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s