Maldy Bonheur : La prostitution est structurée comme une secte

On entend partout qu’il faut savoir se vendre, vendre sa force de travail, sa matière grise, son savoir faire. Mais que faire quand personne n’en veut ? C’est là que le milieu intervient, profitant de la fragilité matérielle et affective des individus, rejetées par notre société et son fonctionnement élitiste. Le milieu offre à ces laissées-pour-compter l’illusion d’un monde meilleur où l’argent rend tout plus facile.

Roxie : Onlyfans « la plus grosse erreur de ma vie »

Il m’a fallu 31 ans pour comprendre tout cela et assimiler ce que j’ai vu de la part de mes collègues.
Quand elles se persuadent de leur autodétermination en disant : « j’ai été traitée comme une merde toute ma vie, alors autant que je gagne de l’argent avec ça ». Pour moi, à partir de ce moment-là, c’était fini.

Prostitution : « J’ai BEAUCOUP de colère envers les hommes »

Littéralement personne ne savait que je faisais ça. Personne. Je suis allée chercher de l’aide dans le cadre d’un projet pour essayer de m’en sortir et ils n’arrêtaient pas de dire que c’était un choix de vie. Ils ont ignoré tous les problèmes médicaux que j’avais et la douleur que je ressentais.

La pornographie, c’est de la prostitution filmée. Et totalement dépénalisée, cela ne la rend pas sûre.

En tant que survivante de l’exploitation sexuelle commercialisée, tant dans le secteur de la prostitution que dans celui de la pornographie, je trouve absolument ridicule la prétention qu’il faille dépénaliser les tierces parties, par exemple les proxénètes, pour « assurer la sécurité de toutes les femmes ».

« Clients » : Pourquoi les hommes vont voir les prostituées et ce qu’ils pensent d’elles

On m’a récemment demandé comment identifier un « client », et j’ai dû l’admettre : s’il ne se tient pas devant vous dans un bordel, brandissant un billet de cent euros, vous ne pouvez pas dire qui en est un et qui ne l’est pas. Non, même moi je ne peux pas les identifier dans la nature, même après 10 ans de prostitution. La raison, comme on l’entend si souvent, est que ce sont des hommes tout à fait normaux, mais cela ne dit pas tout.

ENFANTS, PORNO ET DANGER : l’hypocrisie de la campagne de sensibilisation des pornocrates.

“Que penseriez-vous si un gros baron de la drogue, un de ceux qui envoie ses dealeurs à la sortie des lycées, venait sur le plateau chez Hanouna, vilipender les parents dont les enfants en consomment et leur signifier qu’ils ne font pas leur boulot correctement ?”

Comme Laure, maman d’un petit garçon de 4 ans, vous trouveriez qu’il a du culot. C’est par cette réflexion qu’elle a commencé à dénoncer cette nouvelle campagne de sensibilisation débutée sur Brut, menée directement … par les pornocrates eux-mêmes. Les gros barons de l’industrie du viol.

Qu’est-ce que le STRASS « syndicat » ? – Partie 3 et 4

PARTIE III – Positions du STRASS sur le proxénétisme Une position ambigüe : Le STRASS a une position ambigüe et souvent contradictoire sur le proxénétisme. A première vue, cette association semble se positionner contre le proxénétisme. Sur le site du STRASS (1), on peut en effet lire régulièrement à la fin des posts le sloganLire la suite « Qu’est-ce que le STRASS « syndicat » ? – Partie 3 et 4″

« Travail du sexe » : l’origine du terme et du mouvement

« Travailleuses du sexe », « travail du sexe », « sex work is work ». Vous les voyez partout, même quand on parle de trafic sexuel. Tout le monde, surtout les médias ont l’air convaincu que c’est le nouveau terme respectueux pour qualifier ces femmes.Vous vous en doutez, c’est un terme récent. Aussi récent que « technicienne de surface » ou « hôtesseLire la suite « « Travail du sexe » : l’origine du terme et du mouvement »

Qu’est-ce que le STRASS « syndicat » ? – Partie 1 et 2

A l’origine du STRASS se trouve un groupe intitulé « les Putes » fondé en 2006 par deux hommes : Thierry Schaffauser, alias Zezetta Star et Jean-François Poupel, alias Maîtresse Nikita.

Que se passe-t-il dans la tête d’une survivante d’exploitation sexuelle ?

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) est l’un des diagnostics les plus courants auxquels sont confrontées les victimes de la traite et de la prostitution après avoir quitté l’exploitation sexuelle.

Le TSPT ( Trouble de stress post-traumatique ) est tout simplement le résultat d’un traumatisme. Qu’il s’agisse de torture physique et de manipulation émotionnelle souvent infligées par les proxénètes, des hommes ou d’agression sexuelle continuelle subie par d’innombrables « clients », le traumatisme est véritablement la pierre angulaire de la traite des êtres humaines et de la prostitution.