#Metoo Porn, TÉMOIGNAGES : Libérons la parole dans le porno.

Le mouvement #Metoo a permis au féminisme une avancée considérable dans la libération de la parole. Il reste cependant des sujets tabous au sein même du thème des violences faites aux femmes : Comme la Porno Prostitution[1].

Ces derniers mois, nous entendons beaucoup de témoignages de femmes poussées par les lobbys de l’industrie du « sexe », raconter comment elles sont heureuses de faire ce qu’elles font. Pendant que dans l’ombre, nous trouvons certaines autres histoires. Aujourd’hui nous allons vous en raconter deux.

EVEREST

Everest est le pseudo d’une jeune femme dont nous avons trouvé le témoignage sur twitter. Le but dans la publication de son histoire et de prévenir les femmes des techniques de manipulation et de la violence dont on fait preuve ses bourreaux, deux personnes reconnues dans le monde du Porno. Everest sait ne pas être la première et sait qu’elle ne sera pas la dernière victime, mais se bat actuellement pour que ses agresseurs ne restent pas impunis.
Voici son témoignage :

Nous comprenons dès le début du témoignage, que Everest rentre dans le profil type des femmes recherchées par l’industrie du porno : des femmes pauvres, jeunes, vulnérables, émotionnellement instables, impressionnables, avec un passé violent et douloureux …
Comme nous le voyons, ses deux agresseurs tirent leurs revenus et bénéfices de la plus grande plateforme de vidéo de trafic sexuel en ligne : Pornhub. Ce site est le plus grand site Web pornocriminel du monde responsable de l’exploitation de la traite sexuelle de masse, de l’exploitation des femmes et des mineur.e.s.
Des centaines, voire des milliers de vidéos de viols d’adolescentes sont en ligne sans aucune vérification. Pornhub et cette histoire sont les preuves de cette collaboration de la criminalité, afin de créer un business sur la violence envers les femmes et les enfants, un business basé sur le viol.

Ces femmes vulnérables, qui recherchent de l’argent rapidement pour survivre, sont des marchandises parfaites pour le duo Furiosa , et toutes autres plateformes proposant des vidéos de viols.
N’OUBLIONS PAS : Forcer une femme à se filmer et envoyer ces contenus sexuels sous contrainte (besoin d’argent ou autres vulnérabilité) est un viol à distance[2].

Heather Vahn

Son nom n’est pas méconnu dans le milieu du porno. Cependant, Heather, bien avant d’être illusoirement une « actrice pour film d’adulte » est avant tout une victime de ce milieu violent. Le 18 mars est sorti un article sur les violences qu’elle a subi de la part de son compagnon, un acteur dont le nom n’est pas inconnu, lui non plus, dans cette industrie : Tommy Wood.

« Alors que le mouvement #MeToo a entraîné un certain nombre de changements au sein d’ Hollywood et d’autres industries, il n’a pas encore marqué le monde dit des « adultes ». […] « 

Ce sont les récits récurrents d’hommes violents dans le milieu porno qui ont motivé Heather à publier le sien. La ligne se trace rapidement entre « homme violent » et « industrie du viol », quand on comprend, en voyant les faits, que ces hommes criminels se réfugient dans le milieu du porno pour vivre de leur crime en toute légalité.

[…] « les présumés abuseurs en série non seulement travaillent librement mais gagnent des tas de récompenses. James Deen est sans doute la plus grande star masculine du porno. Il a été accusé d’agression sexuelle par plus d’une douzaine de femmes, mais a récemment remporté plusieurs «Oscars» du porno. Et Markus Dupree, qui a été accusé d’abus par plusieurs des plus grandes stars féminines de cette industrie, y compris par August Ames avant son suicide , vient ce mois-ci de devenir une «star au contrat exclusif» par le studio de cinéma pour adultes Brazzers. Cet étonnant manque de responsabilité de l’industrie a rendu difficile la libération de la parole pour les plus grandes « stars » féminines du porno.  

Pour Vahn, ce sont les nouvelles sur Dupree qui l’ont inspirée à publier un article sur ses propres agressions. Elle parcourait Twitter et elle est tombée sur un tweet d’une collègue sur les allégations d’agression d’Ames contre Dupree ( «Cela ressemblait à un viol», a déclaré Ames ). «C’était comme whoa , parce que j’avais travaillé avec Markus et que je n’avais jamais eu de problème avec lui. Cela m’a fait réaliser. »

Les faits :

 » Vahn a accepté à contrecœur de donner feu vert à Wood en 2015, et les deux ont rapidement commencé une relation à part entière, (…) restant au domicile du mannequin masculin dans le New Jersey. Mais il y avait des signes avant-coureurs, dit-elle. «Il a commencé à trouver en moi des choses avec lesquelles il n’était pas d’accord et à critiquer mon intelligence», se souvient-elle. «Il disait que j’étais « tellement stupide » car je ne savais pas comment faire mes impôts, des choses comme ça.» (*Comportement du pervers narcissique*)
Elle dit qu’elle est devenue «très soumise à lui». «J’étais docile… il m’a fallu des années pour même apprendre à me défendre.»

«La violence a commencé petit à petit. Il a commencé par me pousser dans la maison, puis il faisait ce mouvement où il mettait sa main sur ma bouche… il a commencé à mettre une main sur ma bouche tandis que l’autre tournait autour de ma gorge », dit-elle, tremblante visiblement. 
Ils se disputaient régulièrement sur l’infidélité de Wood, dit-elle, alors que des filles du monde entier ont commencé à envoyer des messages à Vahn sur Instagram pour lui dire qu’elles avaient couché avec lui. «Ces tromperies ont commencé à arriver à un moment où je m’énervais souvent. Il n’aimait pas ça, alors des violences physiques ont commencé à se produire de plus en plus. Il y avait des gifles, beaucoup d’étouffements et il me tenait et m’étouffait sous son poids corporel », me dit Vahn. (Le Daily Beast a examiné les messages de nombreuses femmes disant qu’elles avaient couché avec Wood; une femme a même exprimé son inquiétude, disant qu’il avait enlevé sournoisement son préservatif pendant les rapports sexuels[3] )

Wood a proposé que le couple se lance dans des triplettes, dit Vahn, pour «aider à se rapprocher». Elle dit qu’elle n’était pas d’accord pour cette idée mais a cédé pour satisfaire ses envies. Les femmes ont commencé à défiler dans leur maison presque quotidiennement pour avoir des relations sexuelles avec Wood, tandis que Vahn dit qu’elle traînait dans l’autre pièce. « Comment en est-on arrivé là ? » se demandait-elle. «Je n’aimais pas ça. J’aime seulement être avec une seule personne, en dehors de mon « travail ». »

Cela a rapidement dégénéré en orgies de sexe. Encore une fois, Vahn dit qu’elle était d’accord parce que cela rendait Wood heureux. «Ce n’était pas nécessairement consenti. Je l’étais car j’ai fait ces choses, mais je l’ai fait sous pression. Fais-le ou je te laisse . C’était émotionnellement douloureux et tellement épuisant », dit-elle.
«Je me saoulais pour faire face au sexe, il m’échangeait avec d’autres couples. Je n’aimais pas être transmise comme une marchandise », poursuit-elle. «Être perdue a fait accélérer les choses. Je n’aimais pas être présente à ces soirées.

Lors d’une de ces orgies, elle dit qu’elle sentait qu’elle avait été poussée bien au-delà de ses limites. Vahn se souvient d’être debout près de la porte en train de fumer un joint pendant que Wood se livrait à des relations sexuelles en groupe. Une femme lui a fait signe au lit. Quand elle est restée immobile, Wood s’est mis en colère. «Heather, tu ne l’as pas entendue ? Viens dans le lit », se souvient-elle. «Je lui ai envoyé un regard noir, parce que « non » signifie « non » pour moi. Mais il a franchi la limite ce jour-là », dit-elle. «Quatre mecs ont couché avec moi et je ne sais pas où en était ma tête. Mes yeux sont restés fermés et j’étais très molle, et les gens n’aimaient pas ça. »

«Je sens que j’ai été violée collectivement», confesse-t-elle en pleurant. «Et c’est difficile à définir, car je suis entrée dans cette pièce. C’est à la fois consensuel et non consensuel. C’est une chose lâche. Il dira que tu as accepté d’être là parce que tu l’as fait pour lui. Mais je l’ai fait contre toutes les fibres de mon être. »

Pendant le trajet du retour, Vahn voulait parler de ce qui venait de se passer, mais Wood a refusé, disant qu’il était fatigué. «Je ne pouvais aller voir personne d’autre», dit-elle. « Avec qui suis-je censée parler à part mon partenaire, qui est la seule personne qui sait ce que je traverse ? »
Quand ils sont rentrés chez eux, Wood a dit qu’il allait se coucher. Mais Vahn voulait revenir sur ce qui s’était passé cette nuit-là, et à quel point cela était inconfortable et violent pour elle.

«Je me tenais dans l’embrasure de la porte de notre chambre et il est sorti du lit, m’a attrapé la tête et a commencé à la secouer. Je pensais, « je vais mourir … il va me casser la nuque. » Et – c’est tellement stupide – j’étais aussi inquiète pour lui . Je pensais: «Il va faire une erreur, et si je meurs, il ira en prison», se souvient-elle en larmes.  

«Après ça, il est retourné dans la chambre. Mais comme il pouvait m’entendre pleurer sur le canapé de l’autre pièce, il est revenu en disant: « Tais-toi ! J’essaie de dormir ! ». Il a commencé à me frapper avec des oreillers, puis il a saisi ma tête et l’a frappé contre le sol. J’ai regardé dans ses yeux et j’y ai vu le vide. Je me disais : « Qu’est-ce que tu fais? Je t’aime, pourquoi fais-tu ça? Je ne comprends pas. »

«Il m’a lâché et il est retourné dans la chambre. J’ai recommencé à pleurer doucement dans l’oreiller, et je pouvais entendre ses pas venir vers moi, alors je me suis préparée. Et je pouvais sentir des coups encore et encore au même endroit. Et puis ça s’est fini. « 

Vahn a pris des photos de son corps meurtri et battu par la suite (publiées sur Twitter). Il y a eu d’autres épisodes violents, se souvient-elle, y compris un incident où Wood a eu des contacts physiques avec elle dans un appartement d’East Village.

«Il m’a mise dans une valise», explique Vahn. 

Le Daily Beast a observé un certain nombre de rapports d’incidents de violences domestiques que Vahn a déposés contre Wood, ainsi que près de 100 photos d’ecchymoses, de coupures et d’entailles qui, selon elle, ont été causées par lui.

Dans une réponse décousue à The Daily Beast, Wood n’a pas nié sa violence envers Vahn, mais a déclaré:

« Si à un moment ou à un autre, je devais infliger des dommages ou de la violence à un individu, ce ne serait que par légitime défense. » 

Il dit que Vahn la « traquait », « avait vandalisé » ses affaires et « frappait, grattait et jetait divers objets sur moi », qualifiant cela de «relation toxique». En ce qui concerne les soirées sexuelles, il dit qu’elle « s’effondrait continuellement » et qu’il « était assez évident qu’elle n’était pas la bonne personne pour explorer ce type de style de vie ».

Selon Vahn, Wood l’a forcé à signer un document déclarant qu’il ne l’a jamais frappé ou fait de mal – puis il l’a emmené à sa banque et l’a fait légaliser. 

«C’était une tentative de sa part de me faire taire après m’avoir frappé le cul», dit-elle.

(Le Daily Beast a examiné l’audio de Wood admettant avoir frappé Vahn tout en lui faisant pression pour qu’elle signe le document; Wood nie qu’il l’a obligé à le signer, appelant cela un «accord de relation domestique» typique.)

Depuis que Heather a publié les photos de ses ecchymoses, Tommy Wood a lancé une campagne de harcèlement et de dox[4]. Il a publié des tas de documents privés, révélant des informations privées dont son adresse e-mail.

Il y a la soi-disant vidéo d’avertissement. «Thomas a récemment publié une vidéo de moi sur son Twitter, dans ma baignoire, disant:  » Cet homme ne m’a jamais frappé « . Cette vidéo a été réalisée sous la contrainte », soutient-elle. «Il a dit:  » Dis ce que je veux ou je ne rentrerai jamais. ». Et j’ai dit tout ce qu’il voulait que je dise, parce que je voulais qu’il rentre à la maison. Et c’était dur. C’était merdique de faire ces vidéos. Vous pouvez le voir dans mes yeux que je me dis « pourquoi je fais ça » ? C’est comme une vidéo d’otage. Je suis clairement sous la contrainte.  » (Wood dit que Vahn a fait ces vidéos «de sa propre volonté».)

D’autres victimes ?

Heather n’est malheureusement ni la première ni la dernière victime de Tommy Wood. Le début de l’article évoquant des messages instagram n’est que le début de la révélation de la dangerosité de cet homme.

Il a acquis une réputation parmi les femmes dans le porno pour avoir fait pression sur elles et les avoir harcelées sur Instagram pour tourner des scènes avec lui (Wood tourne principalement du contenu amateur mais est récemment passé au studio porn).

«Il m’a demandé de tourner du contenu avec lui pour OnlyFans à la fin du mois de janvier, quand j’étais à Los Angeles. J’avais un mauvais pressentiment alors je lui ai juste dit que j’étais trop occupée. Il était SUPER arrogant et agressif et ne voulait pas prendre « non » pour réponse », explique Sydney Leathers. «[Il] a continué d’insister sur le fait que j’avais du temps parce qu’il n’avait « besoin que de deux heures ». Voir le post de Heather a définitivement validé le sentiment étrange que j’avais à son sujet. »

«Il y a plusieurs agresseurs connus qui sont toujours dans l’entreprise, malheureusement, j’ai donc l’impression qu’il est important d’interpeller les gens sur cette merde», ajoute-t-elle.  

Bunny Colby, une autre femme considérée comme « star du porno » explique avoir subi du harcèlement par Wood. Wood a envoyé beaucoup, beaucoup de messages à Colby via Instagram, la poussant à tourner avec lui. «Je ne lui ai jamais répondu. », dit-elle. «Je sais que des tonnes de gens sur Twitter se sont plaints, qu’il insiste beaucoup sur le tournage de contenu et qu’il n’acceptera pas « non » comme réponse, même si elle est directement donnée.»

Une autre victime, anonyme car très renommée dans le milieu, a qualifié Wood d’«effrayant». «Il m’a intimidée dans la vraie vie pour avoir des relations sexuelles avec lui quand je ne voulais pas. J’ai dit OK après qu’il ait continué à demander, mais c’est malheureusement un comportement que je ne reconnaissais pas à l’époque comme un comportement extrêmement inapproprié (culture du viol) », dit-elle. «Plus tard, il m’a demandé à plusieurs reprises de tourner du contenu. J’ai toujours dit non. « .

Le harcèlement, plus PRÉCISÉMENT le harcèlement sexuel, la violence, le viol, sont-ils « des accidents » du travail pour les femmes dans le milieu de la pornocriminalité ?

Depuis ces révélations médiatiques, The Daily Beast a contacté 101 Modeling a propos de Wood. L’agence a simplement déclaré: « Nous avons supprimé Tommy Wood de notre site et ne le représentons plus. Nous espérons que la situation trouvera sa fin. »

Article : The Rising Porn Actor Accused of Abuse and Harassment: ‘He Put Me in a Suitcase’


[1] Porno Prostitution : Pourquoi dire PornoProstitution ? Car Porno vient du Du grec ancien πόρνη, pornē (féminin) qui veut dire « prostitué(e) ». La pornocriminalité est de la prostitution filmée.
[2] Le viol à distance : est une forme de viol qui consiste à pousser la victime à une forme de pénétration sur elle même quand son agresseur ou son commanditaire est à distance. Exemple 1 : Un homme qui se cache derrière un faux profil pour obtenir de la victime une photo compromettante, et par chantage de la diffuser sur le web, lui commande des vidéos pornocriminels. Exemple 2 : Un homme qui sur un site illégal commande un scénario de viol d’enfant, dont il verra soit l’acte de viol en direct par ses « fournisseurs » soit par vidéo.
[3] Stealthing : Viol. Cette pratique consiste à retirer son préservatif sans le consentement de son ou sa partenaire. 
[4] Le dox : (Argot Internet) chercher, trouver et publier des informations privées de quelqu’un sur Internet.

Illustration : Séverin Millet

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s