DELIA ESCUDILLA : « La vie après la rue est une vie d’après-guerre »

PORTRAIT DE SURVIVANTE :


Delia est une survivante de la prostitution, autrice du livre « Viol consenti, la prostitution sans maquillage, autobiographie ». La crise de la fin des années 90′ en Argentine l’a poussée dans la rue. Elle a passé sept ans dans le système prostitutionnel.

«Le fil conducteur de ma prostitution était la pauvreté, mon analphabétisme, le fait de vivre dans un système familial violent et d’épouser plus tard le père de mes enfants»

UNE ENFANCE DIFFICILE :


Delia raconte ses débuts dans la province du Chaco (Argentine), ses parents étaient illettrés et sa mère, avec de nombreux enfants, a expliqué qu’elle était incapable de survivre sur la montagne du Chaco qui était le peuple le plus vulnérable et le plus oublié du monde.

«Jusqu’à l’âge de 16 ans, je suis restée à El Chaco pour aider ma mère à élever les autres enfants. Elle a été exploitée dans des travaux pénibles et a été maltraitée par mon beau-père, jusqu’à l’âge de mes 9 ans, après que ma mère se soit séparée de mon père.

Le mariage avec le père de mes enfants a duré 12 ans, coup sur coup, pauvreté absolue : «J’avais trois enfants, de cette relation. Avant de me tuer, j’ai décidé de me séparer. C’est là que ma vie a été brisée par la violence, les coups et les enfants. »

L’analphabétisme :

«Après ma séparation, j’ai commencé à étudier à l’école primaire en compagnie de mes enfants, parce que j’étais analphabète et j’ai commencé à faire le bilan de ce que j’allais faire de ma vie. Mes enfants ont étudié et j’ai essayé de ne jamais manquer de nourriture. A cette époque j’avais des petits boulots. En 1999, je suis entré au lycée. En 2001, il y a eu une épidémie sociale en Argentine et pas d’emplois. Nous avons commencé à vendre des choses avec l’un de mes enfants à la foire et finalement, en 2002, nous n’en pouvions plus. Les jours ont passé et le besoin dominant de donner à manger à vos enfants et votre propre survie sont ce qui vous amène sur le trottoir. Je ne l’ai appris que plus tard après de nombreuses années d’étude. Ce jour là, j’ai dit à une femme « Je vais avec toi ».

Elle raconte connaitre des milliers de compagnes prostituées tuées par des hommes pour différentes raisons, parce qu’ils ne supportaient pas la prostitution, le viol et la drogue.

 » Au début, j’avais 32 ans, j’étudiais au lycée, j’avais plus d’énergie, j’étais membre d’un parti de gauche et pendant l’après-midi je me prostituais. À cette époque, ils appelaient cela du travail, en réalité c’était comme un camp d’extermination en plein air.

J’ai traversé beaucoup de choses comme regarder mes camarades de classe mourir, voir mes camarades de classe violées dans la rue et ne pouvoir rien faire parce que vous faisiez partie de la rue. Être avec 5 hommes en même temps et ne pas savoir si tu vas en sortir vivante. 
J’ai fini le lycée et je me suis inscrite à l’École de psychologie sociale. Quand j’ai obtenu mon diplôme, j’ai quitté la prostitution, mais si je n’avais pas étudié aujourd’hui, je serais encore dans la rue ou morte »

#LISTENTOSURVIVORS

#LaProstitutionTue


Lien de l’article original ICI

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s