Prostitution : « J’ai BEAUCOUP de colère envers les hommes »

Témoignages recueillis par Nordic Model Now

« Si vous saviez ce qu’on pense de vous ! A quel point on vous déteste, on vous méprise de nous acheter, pendant qu’on vous appelle « chéri » et qu’on vous flatte ! »

Mylène, survivante de la prostitution dite « de luxe »

Voici d’autres histoires #MeToo que des survivantes de l’industrie « du sexe » ont envoyé à Nordic Model Now.

SCARLETT

J’ai été une escorte dite « haut de gamme » et une « star du porno » pendant quelques années. C’est censé être le côté « glamour » de l’industrie. En réalité, c’est tout sauf ça.

J’étais dans une relation avec un homme qui me maltraitait et m’humiliait pour ce que je faisais, mais qui était heureux de prendre l’argent que je gagnais pour acheter de la drogue. J’ai eu une addiction progressive à la cocaïne, parce que je ne pouvais pas faire face à la réalité de ce que je faisais si j’étais sobre.

J’ai été agressée, des hommes ont essayé de me voler ou de me convaincre qu’ils ne devraient pas avoir à payer autant. Mon verre a été corsé lors d’un tournage – et je ne me souviens toujours pas de ce qui m’est arrivé. Les gang bangs, l’anal et les hommes qui éjaculent sur votre visage étaient monnaie courante dans le porno, et si vous ne les pratiquiez pas, vous n’aviez pas de « travail ».

Une fois, j’ai tourné une série de DVD pour Red Hot en précisant qu’ils ne devaient être vendus que sous forme de DVD, sans temps d’antenne. Ils ont menti. Des extraits ont été diffusés lors de l’avant-première gratuite de dix minutes sur la chaîne et des gens que je connais les ont vus. Les brimades et la stigmatisation dont j’ai fait l’objet dans ma communauté locale après cela – et le harcèlement sexuel – ont fait que j’ai déménagé dans une autre ville parce que j’étais terrifiée à l’idée que quelqu’un puisse dire quelque chose à mes enfants.

Je menais une double vie : maman le jour, prostituée la nuit et lorsqu’ils étaient à l’école. Je pensais que l’argent que je gagnais leur donnait une meilleure vie qu’à moi, mais cela me détruisait.

Avant d’entrer dans l’industrie du sexe, j’avais survécu à des violences sexuelles pendant mon enfance et à d’horribles violences domestiques. C’était une histoire commune aux filles que j’accompagnais et avec lesquelles je me produisais. À la fin de la journée, lorsque les hommes étaient partis, nous échangions des histoires sur nos traumatismes. Il n’y avait pas « d’empouvoirement ».

Je suis maintenant sobre, je travaille avec des femmes prostituées et je suis heureuse en ménage avec un homme adorable qui est très opposé au porno et qui me soutient totalement. J’ai encore des flashbacks. Je me sens perdue sexuellement – c’est une performance pour moi, je n’ai aucune idée de ce que je veux vraiment ou de ce que j’aime.

J’ai BEAUCOUP de colère envers les hommes.

LAURA

J’ai été hospitalisée pendant sept mois dans une section en raison de problèmes de santé mentale. Lorsque j’ai quitté l’hôpital, soudainement, il n’y avait aucun suivi, aucun programme de jour, aucun rendez-vous, rien. Je me suis débrouillée. Je touchais l’ESA (“Employment and Support Allowance.”) et la DLA (“Disability Living Allowance.”) – je n’étais pas riche mais j’avais assez pour vivre tous les mois et je me débrouillais.

Puis j’ai reçu une lettre m’informant d’une évaluation de mes prestations. Je suis allée au rendez-vous et la femme était ignoble. Elle a fait des suppositions massives sur la façon dont je m’en sortais, a parlé à voix haute pour répondre aux questions qu’elle m’a posées et a dit des choses comme « Oui, vous sortez avec vos amis, n’est-ce pas ? »

Je n’étais pas préparée et je n’avais pas de preuves, je n’avais pas réalisé que cela était nécessaire et la lettre n’en parlait pas. On m’a retiré mes allocations avec un mois de préavis, j’avais peur que l’argent s’épuise très vite et que je me retrouve à la rue.

J’ai postulé à des centaines d’emplois, mais comme j’ai eu 185 jours de maladie l’année dernière, personne n’a voulu m’embaucher. J’ai travaillé depuis l’âge de 16 ans, j’ai toujours travaillé, mais il y a maintenant un grand trou dans mon historique d’emploi à cause des séjours à l’hôpital.

J’ai cru que j’allais perdre ma maison, j’aime tellement cet endroit. J’avais besoin d’argent, il n’y avait pas deux façons de le faire.

Alors je l’ai fait (« le travail du sexe ») pour éviter de me retrouver à la rue, où je pensais que je serais blessée de toute façon. C’est pourquoi je suis blessée lorsque je lis sur Twitter que les gens sont heureux, qu’ils ont le choix et qu’ils se sentent plus forts. Ces personnes n’ont jamais été dans cette situation. C’est une insulte à la réalité de tant de femmes dans le monde qui ne sont pas dans cette situation par choix et qui n’ont pas beaucoup de voix.

Littéralement personne ne savait que je faisais ça. Personne. Je suis allée chercher de l’aide dans le cadre d’un projet pour essayer de m’en sortir et ils n’arrêtaient pas de dire que c’était un choix de vie. Ils ont ignoré tous les problèmes médicaux que j’avais et la douleur que je ressentais. Alors je me suis désengagée de tout le système, de tout, et j’ai fait cavalier seule. Les gens comme moi sont cachés, on ne les voit pas.

« Ils ne veulent pas donner et recevoir ; ils ne veulent pas avoir à tenir compte de leur partenaire ou de ses besoins. Ils veulent simplement être au centre de l’action et voir leurs moindres désirs et caprices exaucés. « 

SARAH

J’ai été élevée par des pédocriminels et j’ai été amenée à penser que ma meilleure chance dans la vie était de devenir une prostituée. Pendant un certain temps, j’ai réussi à l’éviter, j’ai travaillé dans un entrepôt, puis dans l’hôtellerie. Après avoir subi des violences sexuelles par un psychothérapeute autoproclamé, je suis tombée dans un profond désespoir et j’ai fini par me prostituer pour essayer de me prouver que j’étais vraiment bien après tout et que si j’y croyais, tout irait bien.

Ça n’a pas été le cas, je n’ai eu que huit « clients ». Le premier client était beau et gentil, je pensais que tout irait bien – mais quand c’est arrivé, j’ai levé les yeux vers lui et j’ai réalisé que ça n’avait rien à voir avec moi. Il prenait son pied en moi comme si je n’étais pas là.

Je me sentais vraiment seule. C’est une chose bizarre à dire. Mais quand quelqu’un d’autre habite votre corps à votre place, on se sent seul. Je pensais que la personne suivante serait peut-être meilleure, personne n’était vraiment violent ou méchant avec moi – mais après avoir vu huit clients, je suis devenue très suicidaire et je suis partie. Cela a renforcé tout ce que j’avais appris en grandissant : je n’existe pas, je ne compte pas, personne n’est en sécurité, mon corps n’est qu’un déchet…

Cela fait environ neuf ans que c’est arrivé. Je vois encore sur des hommes que j’ai appris à aimer, à qui j’ai fait confiance parfois les expressions des visages de mes clients se superposer à leurs visages et je dois me détourner avec dégoût et horreur. Je rêve d’un monde où personne n’a à offrir son corps comme un objet et où nous nous traitons tous avec dignité et respect.

Je m’en veux de l’avoir fait, et j’aurais aimé ne jamais avoir à le faire. L’argent n’empêche pas votre mental de saigner. À bien des égards, j’ai mis tout cela derrière moi, mais le fait de savoir que tant d’hommes considérés comme normaux, gentils et « bons » peuvent faire cela m’a définitivement changé. Nous achetons des biens et des services avec de l’argent, je ne pense pas que les corps puissent être totalement séparés de leur mental.

L’argent est échangé, mais je ne pense vraiment pas que l’on puisse acheter ou vendre des corps. Je ne pense pas que cela fonctionne.

Vous achetez juste le « droit » d’envahir sans être poursuivi. Vous achetez le silence et vous achetez la destruction d’un autre. Celui qui pense que c’est « sexy » a clairement besoin d’aide.

J’avais l’habitude de penser que les hommes achetaient du sexe parce qu’ils ne pouvaient pas l’obtenir de manière consensuelle pour une raison quelconque. Après ma petite expérience dans la prostitution, je me suis rendu compte que la plupart d’entre eux pouvaient l’obtenir « gratuitement », mais qu’ils ne le veulent pas. Ils ne veulent pas donner et recevoir, ils ne veulent pas avoir à considérer leur partenaire ou leurs besoins. Ils veulent juste être au centre de l’attention et voir leurs moindres désirs et caprices satisfaits. Ils sont comme des bébés émotionnellement. Je suis restée célibataire depuis lors, malgré les appels de types « gentils » et « bons ». Je sais qu’il y a des hommes bien, mais je ne pourrai jamais revivre une telle expérience.

Tous les hommes qui essaient de dire que les femmes devraient être plus confiantes et leur donner une chance auraient beaucoup plus de succès si tant de femmes n’étaient pas victimes d’hommes. Ils disent que nous avons des problèmes et que nous sommes trop perturbées, ils devraient se regarder eux-mêmes et leurs amis et voir ce qui nous perturbe et comment cela se passe.

J’ai 28 ans et je me sens déjà amère et perturbée.

PS : Si vous demandez à un homme combien d’argent lui faut-il avant de ne plus se sentir violé par votre petit doigt non désiré dans le cul, il commencera peut-être à comprendre. Il pourrait commencer à comprendre.

Combien d’argent faudrait-il pour ne pas avoir le cœur brisé par le fait qu’une femme soit prête à vous enfoncer une batte de baseball dans le cul juste pour avoir un orgasme ?

Est-ce que le fait d’avoir deux enfants affamés à nourrir atténuerait le choc sur votre psyché ?

Il y a d’autres questions, mais je suis trop en colère pour continuer. Les hommes semblent ne comprendre le mal que lorsqu’il y a une chance que ça les concerne. Par exemple, la torture est généralement considérée comme une chose horrible quand elle arrive aux hommes, et les violences et viols sont généralement considérées comme une chose horrible quand cela arrive aux femmes – même s’il s’agit exactement des mêmes actes.


Tu veux témoigner ? Partager ton histoire ?
Écrit nous : cappsecours@gmail.com .

FAIRE UN DON


« Clients » : Pourquoi les hommes vont voir les prostituées et ce qu’ils pensent d’elles

On m’a récemment demandé comment identifier un « client », et j’ai dû l’admettre : s’il ne se tient pas devant vous dans un bordel, brandissant un billet de cent euros, vous ne pouvez pas dire qui en est un et qui ne l’est pas. Non, même moi je ne peux pas les identifier dans la nature, même après 10 ans de prostitution. La raison, comme on l’entend si souvent, est que ce sont des hommes tout à fait normaux, mais cela ne dit pas tout.

VÉRITÉ : Acheter du sexe rend les hommes plus sujets à la violence envers les femmes

Les études sur les hommes qui achètent du sexe (clients) montrent qu’ils sont beaucoup plus susceptibles que les autres hommes de violer et de se livrer à toutes formes de violences envers les femmes. Une étude américaine a révélé que les « clients » étaient près de huit fois plus susceptibles de violer que les autres hommes.Lire la suite « VÉRITÉ : Acheter du sexe rend les hommes plus sujets à la violence envers les femmes »

La prostitution empêche les hommes de violer les femmes : FAUX

Acceptons-nous vraiment le fait que les hommes ne peuvent pas se contrôler ? Croyons-nous que lorsqu’un homme voit une femme ou une fille, il ne peut pas se contrôler et il doit la violer ? L’acceptons-nous vraiment ? Non, bien sûr, nous ne le croyons pas. C’est infantiliser les hommes. C’est insulter leur humanité. CommeLire la suite « La prostitution empêche les hommes de violer les femmes : FAUX »

PORNO : Ce que cela coûte et rapporte réellement de nos jours

« Ça n’en vaut pas la peine. Il faut ensuite négocier avec soi-même : « Vais-je faire des scènes de torture ? Vais-je faire du porno fétichiste ? Vais-je être… forcée ? » Nous avons toutes et tous entendu justifier le porno par les mêmes vieux clichés : « cela a aidé une étudiante à payer ses frais deLire la suite « PORNO : Ce que cela coûte et rapporte réellement de nos jours »

MYTHE VI : « Certaines femmes disent que c’est leur choix de se prostituer »

Certaines personnes acceptent de travailler pour moins que le salaire minimum ( notamment les sans-papiers par exemple). Certaines acceptent même de vendre un organe. Dans les deux cas, notre société à décidé de protéger les plus vulnérables et de garantir une vie décente pour tout·e·s .Dans ce cas, la loi condamne l’employeur ou l’acheteur deLire la suite « MYTHE VI : « Certaines femmes disent que c’est leur choix de se prostituer » »

Survivre au BDSM, au porno et à la prostitution, interview de Bianca Bastiani.

Autobiographie disponible sur Amazon et toutes les plateformes, chez les libraires sur commande et chez l’éditeur : https://jdheditions.fr/produit/cendrillon-du-trottoir/ Avant Propos : Cendrine Bianca Bastiani nous a bouleversées avec son excellent roman autobiographique, Cendrillon du Trottoir. Parce qu’elle a cette capacité à traduire à l’écrit, avec beaucoup de justesse, les épisodes les plus sombres et les plusLire la suite « Survivre au BDSM, au porno et à la prostitution, interview de Bianca Bastiani. »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :