LES DOMMAGES PHYSIQUES DÛ À LA PROSTITUTION

  • Les dommages physiques de la prostitution. Rapport d’un gynécologue du travail de rue.

Le texte allemand peut être lu sur le site Web Abolition 2014 ICI

« Je suis gynécologue avec ma propre pratique à Munich. De 1996 à 2000, j’ai travaillé à Hambourg à la «Zentrale Beratungsstelle für Sexuell Übertragbare Erkrankungen», appelée «ZB» en abrégé: «Bureau central de conseil pour les infections sexuellement transmissibles». C’était avant la loi sur la prostitution (2002)[1] et avant la Prostitutes ‘Protection Act (2017), et c’était un modèle relativement progressiste de la ville de Hambourg pour conseiller et examiner les personnes, principalement les femmes, dans la prostitution. L’offre était gratuite, volontaire et anonyme.

Mon rapport ici est basé sur mon travail et mon expérience là-bas, où j’ai travaillé dans le travail de rue et en tant que gynécologue basé au «ZB». À mon avis, ni les années ni les deux lois n’ont changé quoi que ce soit au sujet des dommages à la santé et des dommages physiques dont les femmes ont souffert, hier et aujourd’hui.

Les effets sur leur psychisme, les traumatismes, sont souvent encore plus profonds, plus durables et plus difficiles à traiter par rapport aux dommages physiques.

Le dernier dommage, le meurtre de femmes prostituées, est quelque chose que je souhaite explicitement mentionner ici; entre 2002 et le 17 octobre 2019 au moment où j’écris ceci, 91 meurtres «découverts» de femmes dans la prostitution ont été documentés en Allemagne. [L’industrie du sexe tue]

Avec toute la «progressivité» et la fin des tests obligatoires pour les personnes prostituées, le cœur de notre travail était la protection des hommes / prostituées contre les IST. «Pas de préservatif» était la demande à l’époque, comme c’est le cas aujourd’hui. Donc, le principal objectif de notre travail était sur les IST et les tests ont été effectués grâce aux examens gynécologiques habituels et aux tests sanguins.

La gonorrhée, la chlamydia, les trichomonases, les verrues génitales ont été diagnostiquées régulièrement. Malheureusement, cela était également vrai pour la syphilis, l’hépatite et le VIH. Il est superflu de souligner que ces diagnostics étaient plus fréquents par rapport au reste de la population. Parallèlement à ces examens, cependant, nous avons vu de nombreux autres phénomènes au niveau de l’abdomen des femmes et le bas du corps : des niveaux de pH vaginal détruits et des fluides vaginaux détruits par d’innombrables rinçages du vagin, parfois avec des substances nocives, ce qui signifie un vagin dépourvu de toute défense agissant comme une zone d’entrée pour les infections et les inflammations, et comme nous le savons aujourd’hui, à un risque spécial de carcinome cervical; larmes, blessures, fissures par sur-extension ou blessures délibérément infligées. Déchirure surtout de l’anus et à l’intérieur du rectum.

La cystite fréquente était presque quotidienne, certaines femmes prenant des antibiotiques comme prophylaxie (quand elles pouvaient se le permettre).

Dégradation pelvienne ou faiblesse du plancher pelvien. Il y a eu quelques cas de très jeunes femmes qui avaient déjà des difficultés à retenir l’urine ou les selles. C’est normalement un phénomène que nous associons aux accouchements. Mais le plancher pelvien est un système multicouche de tissus et de nerfs et les situations de sur-extension et de viol répétées provoquent parfois des dommages irréversibles dans cette zone.

Les inflammations de l’abdomen, parfois des trompes ovariennes avec les pires douleurs ont rendu nécessaire l’hospitalisation (nous avions pour cela des formulaires d’assurance officiels spéciaux). De plus, cela conduit très souvent à l’infertilité.

Grossesses non désirées. D’après mon expérience, la plupart des femmes de l’époque prenaient la pilule ou avaient des injections de 3 mois. Malgré cela, il y a eu plusieurs grossesses. Dans un cas, je me souviens que la grossesse était si avancée (et niée!) Que les douleurs ressenties par la femme l’ont conduite directement dans la salle d’accouchement de l’hôpital. Il est inconcevable qu’elle ait dû s’exposer aux « clients » jusqu’à ce moment. Je n’ai pas pu suivre sa vie par la suite. D’autres femmes ayant eu des grossesses précoces (et remarquées) ont eu les plus grandes difficultés – alors sans statut juridique ni assurance maladie – à accéder à des cessations d’emploi médicalement acceptables.

La contraception. Souvent, il y avait un problème de régularité ou de fiabilité. Les problèmes digestifs par exemple conduisent à une efficacité réduite de la pilule. Je considère que les risques de thrombose sont absolument accrus dans le cadre de la vie quotidienne des femmes prostituées. Tabagisme, manque d’exercice, autres facteurs de risque non enregistrés… Pendant mon travail au ZB, j’ai vu un cas de thrombose avec embolie pulmonaire.

L’environnement intestinal détruit (et donc un système immunitaire affaibli) avait de nombreuses causes: des lavements fréquents afin de contrôler les selles (pour les pratiques anales), un système digestif complètement enflammé de l’estomac aux intestins en raison de vomissements fréquents en raison de la répulsion, des pratiques orales, nutrition extrêmement pauvre, malnutrition, troubles de l’alimentation, troubles nerveux.

Maladies buccales affectant les dents, la bouche, la mâchoire. En raison du manque d’assurance maladie, d’une anesthésie auto-administrée, d’un manque de soins personnels ou de blessures, le traitement de toute inflammation de cette zone a été régulièrement retardé. Cela entraînait le danger d’abcès, de pus, qui mettaient encore plus de pression sur tout le corps.

Eczéma cutané. Manque d’hygiène par les « clients », les lieux, et aussi répulsion psychologique qui cherche son expression dans l’eczéma. [Les effets de la décorporalisation]

Douleur. Fondamentalement, toujours et partout. Maux de tête. Par les coups, la tension, en particulier les crampes sur les épaules et les mâchoires par des pratiques orales répétées sans fin («fellations»). Maux de gorge. Douleurs de «haut en bas». Souvent, les femmes se plaignaient de douleurs dans leurs articulations de la hanche (les heures à supporter le poids lourd des « clients » et de leurs poussées violentes).

«Douleurs abdominales peu claires», peu claires, car la douleur ne peut être localisée dans aucun organe ou déclencheur spécifique, mais est assez atroce pour envisager une intervention chirurgicale. On les appelle des douleurs Psychosomatique .

Troubles du sommeil. Pas d’heures régulières pour dormir car il faut être disponible à tout moment. Dormir dans le même lit où la rencontre avec le « client » a eu lieu auparavant, absence de rythme jour / nuit avec manque de lumière du jour, toujours exposée à la lumière artificielle, au bruit. En échange: somnifères.

Abus de substance. Nicotine, alcool, drogues, médicaments. Pas moyen de passer les jours autrement.

En résumant cela, je tiens à préciser que ce qui précède comprend mes expériences de travail en tant que gynécologue dans ce centre de conseil à Hambourg et ne revendique aucune statistique.

Je suis cependant certain que les problèmes décrits ici n’ont pas changé du tout dans les différents domaines de la prostitution ni suite aux deux nouvelles lois depuis. Comment ont-ils pu ? Le système de la prostitution est méprisant pour les femmes et l’humanité, construit sur l’exploitation et la cruauté, et il s’agit principalement de l’exercice du pouvoir par les hommes et d’un maximum de profits.

Seule la suppression de ce système peut être la solution!
Liane Bissinger, gynécologue.

[1] La réforme législative de 2002
En 2002, une loi d’une page proposée par le Parti des Verts fut votée au Bundestag par la coalition, alors au pouvoir, formée des sociaux-démocrates et des Verts. Cette loi supprimait l’interdiction générale de promouvoir la prostitution, et permettait aux prostituées d’obtenir des contrats de travail en bonne et due forme. La justification donnée à cette loi était que la prostitution ne devait plus être considérée comme immorale.
La loi a été critiquée pour n’avoir pas réellement changé la situation des prostituées, souvent parce que celles-ci elles-mêmes ne veulent pas changer leurs conditions de travail et leurs contrats. Le gouvernement allemand publia un rapport sur l’impact de la loi en janvier 2007, concluant que peu de prostituées avait profité de contrats de travail en règle, et que leurs conditions de travail ne s’étaient guère améliorées

Crédit photo présentation : créateur : ChesiireCatCrédits : Getty Images/iStockphoto

COVID-19 : L’échec réglementariste dans la protection des prostituées

Les associations de survivantes Neo Zélandaises ne sont pas les seules à faire un constat alarmant durant cette crise sanitaire sur les protections et les aides financières mises en place pour aider les personnes en situation de prostitution. Le constat est simple, les aides sont inexistantes, les prostituées sont abandonnées par les politiques.

Huschke Mau, une militante féministe, blogueuse, ex-prostituée et engagée dans l’abolition de la prostitution, travaillant sur le terrain fait un rapport de la vie actuelle des victimes de la prostitution :

« En tant qu’ex-prostituée, je voudrais dire quelque chose d’urgent aujourd’hui. Parce que d’autres femmes en situation de prostitution ne peuvent pas le faire en ce moment. Parce qu’elles ont affaire à autre chose… avec la survie.


Le #Coronavirus est actuellement fermement sous le contrôle de notre vie sociale, et je salue toutes les mesures prises par le gouvernement et les pays qui les ont prises (bien que très tard), et j’espère que vous êtes tout.es magnifiquement raisonnables et isolez – surtout en ce qui concerne les personnes âgées, personnes atteintes d’une déficience immunitaire, cancer, autres pré-maladies, etc… à ne pas mettre en danger. Nous devons maintenant être solidaires, surtout avec les personnes les plus vulnérables. Et c’est exactement ce dont je veux parler maintenant. Parce que les femmes dans la prostitution, et je suis l’une d’entre elles, sont aussi un groupe vulnérable. La question est : les mesures qui peuvent désormais être considérées comme solidaires à l’égard de ce groupe. La ville de Stuttgart vient d’interdire la prostitution à cause du coronavirus, et avant d’encourager cela : il faut dire que c’est un désastre.

J ‘explique pourquoi :

Le paysage de la prostitution à Stuttgart, comme presque partout, se compose de 80 à 90 % de femmes forcées et de prostituées dans la pauvreté provenant du sud-est de l’Europe. Ces femmes ont souvent :

– Aucune assurance maladie, ou juste insuffisante.
– Bien sûr pas de statut d’employé et avec l’obligation de continuer à payer (loyer dans le bordel)
– Souvent même elles n’ont juste aucun droit.
(*Elle est belle l’Allemagne que tu vends Emma Becker*)

Ces femmes, la grande majorité des femmes allemandes en situation de prostitution, le font par contrainte et pauvreté. S ‘ils n’achètent pas aujourd’hui, elles n’auront pas d’argent demain, rien à manger – et rien pour vivre.

Ce qui va se passer à Stuttgart maintenant, c’est que ces femmes ne peuvent plus se permettre de se vendre, soit qu’elles ne sont pas autorisées à le faire à cause de leurs macs de toute façon. Donc elles vont se vendre secrètement, parce qu’elles n’ont pas d’autre choix. Et c’est le point crucial du deal. Elles devront continuer à le faire et elles seront punis si elles se font prendre. Les amendes qu’elles collecteront devront être payé avec une prostitution supplémentaire, puisqu’elles n’ont pas d’autre possibilité. (*Prohibitionnisme)

Juste un point : les locations pour leurs chambres se poursuivent probablement. Ce qui veut dire : qu’avec les amendes et les locations de chambre, ces femmes seront encore plus endettées à la fin de la crise du Corona qu’elles ne le sont maintenant, et cela signifie qu’elles tomberont très bas. De plus : elles seront face à un risque accru pour leur santé pendant cette période de marchandisation secrète forcée. Parce que l’argent, elles doivent l’obtenir. Pour la nourriture, la vie, les macs et les enfants en Roumanie. Et ça veut dire : puisqu’il y a beaucoup moins de clients qui arrivent de toute façon, ils ont plus de pouvoir et peuvent exiger du « sexe » sans préservatif plutôt.

Est-ce que ça ressemble à une protection ? Définitivement pas.

Alors s’il vous plaît ne soyez pas heureux quand vous lisez ce message. Parce que pour les femmes touchées, c’est horrible.

Qu ‘est-ce qui les aiderait ?

Aider à mettre en œuvre le modèle nordique, ici, comme mesure pour ralentir la pandémie et protéger les femmes prostituées ! Cela signifie punir les personnes, les clients et approuver l’aide à la sortie ou au moins une protection financière qui leur permet de faire une pause dans la prostitution ! Parce que le fait est que la plupart des femmes dans la prostitution se vendent parce qu’elles n’ont PAS d’alternatives. Enlever cette dernière option ne les aidera pas du tout.
Pas une seule femme n’en sortira en raison de la crise. Parce que ce n’est pas comme si cette crise créerait soudainement des milliers d’autres opportunités pour ces femmes. Au contraire, leur situation craint parce qu’elles sont dans la prostitution. Leur situation est même pourrie parce qu’elles sont dans la prostitution et nous vivons une pandémie. Cette situation n’est que la dernière chance de se garder en vie financièrement.
Une interdiction dans cette situation est la pire chose à faire, parce qu’elle ajoute la faim et l’itinérance pour ces femmes à leur prostitution et à l’exposition à la pandémie !

Cela aurait été une chance de mettre en œuvre le modèle nordique et de laisser les femmes sortir de la prostitution en toute sécurité, bien que temporairement.

Ces femmes ne sont pas en sécurité de toute façon, peu importe !
Elles ont le droit d’obtenir une protection financière alternative pour qu’elles puissent s’arrêter !

Ça va CONTRE LA PROSTITUTION.
Ça ne va JAMAIS contre les prostituées.

C ‘ est le moment de montrer de la solidarité, avec tout le monde et surtout avec celles qui ont le moins de droits ici ! Ces groupes ont surtout besoin de plus de droits (qui paie en cas d’infection chez les femmes prostituées de Roumanie ? Qui s’assurera qu’elles ne deviennent pas sans-abri ou meurent de faim maintenant ?).
Leur situation n’est PAS comparable aux personnes qui subissent maintenant des inconvénients ou qui ont une perte de gains, mais ont des économies ou un droit à l’argent, ont des aides…
Celui qui dit “mais je n’ ai pas le droit de travailler en ce moment”, agit de façon cynique et ignorant !

Il faut s’assurer que ces femmes puissent pouvoir suspendre la prostitution !

Une interdiction de prostitution est toujours hostile aux prostituées.

Le modèle nordique peut être mis en œuvre au niveau municipal !
Il y a déjà un concept élaboré !

Et c’est exactement ce qui doit être mis en œuvre maintenant !

C ‘ est le moment !

Solidarité !

Témoignage à retrouver sur son site : https://huschkemau.de/2020/03/13/corona-und-prostitution/


En même temps à Berlin, Sisters Berlin, une association à but non lucrative se bat sur le terrain dans la capitale allemande et font elles aussi un constat socio-politique de la situation :

« № criminalisation des prostituées – aider les femmes dans la prostitution »

Avis sur la fermeture de tous les sites de prostitution à Berlin lors de la pandémie de Corona

Nous sommes un groupe de personnes engagées pour les droits des femmes et la protection sociale dans la prostitution. Ensemble nous sommes un groupe local de Berlin de l’association Sisters-für den Ausstieg aus der Prostitution e.V., avec l’association Neustart e.V. (en contact au café à Kurfürstenstraße) et le Netzwerk Ella, un groupe activiste pour femmes en situation de prostitution. Ensemble, nous visons à mettre en œuvre le modèle nordique en Allemagne et à offrir aux femmes de meilleures perspectives.

Nous apprenons l’action du Sénat de Berlin pour lutter contre la propagation du virus. Toutes les mesures strictes sont importantes pour éviter une panne du système de santé. Les groupes plus âgés, plus faibles, immunosupprimés et autres groupes vulnérables doivent être protégés maintenant. Il est de notre devoir de réduire les contacts sociaux et les entreprises au minimum.

Par conséquent, le Sénat a ordonné ce qui suit au point 1, le point 2, avec son  » Règlement sur les mesures visant à réduire la propagation de la propagation du nouveau coronavirus SRAS-CoV-2 au point 1 de Berlin, Article 4 :

 » Les sites de prostitution (…) ne doivent pas être ouverts à la circulation publique. Les événements de prostitution au sens de la loi sur la protection des prostituées ne doivent pas se tenir. »

Cette mesure est à accueillir parce qu’elle protège un groupe vulnérable – les femmes dans la prostitution – et les protège de la contagion. Malheureusement, le Sénat n’a pas parlé de la façon dont il veut aider les femmes qui sont maintenant complètement sans revenu ou de logement. C ‘est une catastrophe pour toutes les femmes qui doivent répondre à des demandes sexuelles chaque jour et qui n’ont même pas assez d’argent pour vivre à la fin.

Les femmes prostituées à Berlin proviennent principalement des pays pauvres de l’Union européenne, notamment de Bulgarie, de Hongrie et de Roumanie. Elles n’ont pas droit à Hartz IV (le système des aides et chômage d’Allemagne) ni à aucune autre aide. Elles vivent principalement dans les maisons closes et sont souvent sans-abri. Beaucoup et en majorité n’ont pas d’assurance maladie. De plus en plus utilisent des drogues illégales pour pouvoir traverser la situation dans la prostitution.

La probabilité que ces femmes continuent de poursuivre la prostitution parce qu’elles n’ont pas d’autre choix ou parce qu’elles sont poussées à le faire est énorme. Même les gens libres ne laisseront pas leurs pratiques risquées et profiteront de la situation de ces femmes.

Qu ‘ est-ce qui peut aider maintenant ?

Les femmes ont besoin d’urgence de soutien du Sénat ! Afin de ne pas continuer à risquer la santé de ces femmes, il faut créer une solution pour elles immédiatement. Ça pourrait ressembler à ça :

– Punition des personnes libres qui visitent encore des femmes dans les maisons closes

– hébergements sécuritaires pour les femmes qui vivent déjà dans les rues ou deviennent sans-abri en fermant les maisons closes

– Soins médicaux aussi pour les femmes qui n’ont pas d’assurance maladie, notamment des possibilités de traitement de retrait

– soutien financier (allocation main / quotidienne) pour les femmes touchées

– Offres de conseils pour plus d’action, notamment des opportunités de sortie, pour les femmes qui ne veulent pas revenir à la prostitution (* En Allemagne 95% viennent de pays étrangers )

– la question de la nourriture et des vêtements

Nous appelons le Sénat de Berlin à être solidaire avec ces femmes et à ne pas regarder dans l’autre sens (économiquement) ! Les conditions dans les maisons closes et dans la rue sont déjà indignes, considérant ces femmes comme des sous humaines, mais vu comme normales. Dans la situation actuelle, le Sénat doit agir. Les femmes ont besoin de soutien ! Et : en aucun cas, elles ne peuvent et ne doivent être criminalisés !

Nous sommes contre le système prostitueurs, mais jamais contre les prostituées. Notre solidarité appartient aux femmes – jusqu’à présent et aussi en ces temps.

Site : https://sisters-ev.de/en/

Article rédigé par Joana CAPP